Spark ALM

Vous êtes dans le secteur bancaire ou dans les Assurances? Voici tout ce qu’il faut savoir sur l’ALM/ La Gestion Actif-Passif

Dans la continuité de la démarche d’innovation et d’expertise en Fintech de notre Groupe,  nous proposons la solution Spark ALM, qui est dédiée aux Banques et,  aux Assurances. et d’autres institutions financières.

 

Qu’est ce que la Gestion Actif-Passif (ALM) ?

La gestion actif-passif est le processus de gestion de l’utilisation des actifs et des flux de trésorerie afin de réduire le risque de perte d’une institution en cas de non-paiement d’un passif à temps.

Les stratégies ALM utilisent une combinaison de gestion des risques et de planification financière et sont souvent utilisées par les organisations pour gérer les risques à long terme qui peuvent survenir en raison de l’évolution des circonstances.

Le concept de gestion actif/passif se concentre sur le calendrier des flux de trésorerie, car les dirigeants d’une institution doivent planifier le paiement des passifs. Le processus doit garantir que les actifs sont disponibles pour payer les dettes à leur échéance et que les actifs ou les revenus peuvent être convertis en espèces. Le processus de gestion actif/passif s’applique aux différentes catégories d’actifs du bilan.

La pratique ALM peut inclure de nombreux facteurs, notamment :

  • Allocation stratégique des actifs,
  • Atténuation des risques
  • Ajustement des cadres réglementaires et de capital.

En réussissant à apparier les actifs et les passifs, les institutions financières se retrouvent avec un excédent qui peut être géré activement afin de:

  • Maximiser leurs retours sur investissement: accroître leur efficacité
  • Augmenter leur rentabilité.

L’asymétrie entre les actifs et des passifs résulte le plus souvent de changements dans le paysage financier, tels que l’évolution des taux d’intérêt ou un manque de liquidités et du coup la gestion actif-passif réduit la probabilité d’une non-concordance.

 

Et les rôles de poste responsable ALM ?

Les cadres ALM traditionnels sont étroitement ciblés et ne tiennent généralement pas compte de la dynamique du bilan complet d’une entreprise. Pour les institutions qui cherchent à optimiser l’allocation du capital, une approche de l’ALM plus dynamique et basée sur plusieurs scénarios est donc nécessaire.

Un cadre ALM complet se concentre sur la stabilité et la rentabilité à long terme en :

  • Maintenant les besoins de liquidité,
  • Gérant la qualité du crédit
  • Garantissant un capital d’exploitation suffisant.

L’ALM est un processus coordonné qui utilise des cadres pour superviser l’ensemble du bilan d’une organisation : il garantit que les actifs sont investis de la manière la plus optimale et que les passifs sont atténués à long terme.

Les pratiques ALM se concentrent sur la gestion des actifs et l’atténuation des risques au niveau macro, en abordant des domaines tels que les risques de marché, les risques de liquidité et les risques de crédit.

L’ALM est un processus continu qui surveille en permanence les risques pour s’assurer qu’une organisation respecte sa tolérance au risque et respecte les cadres réglementaires. L’adoption des pratiques ALM s’étend à l’ensemble du paysage financier et se retrouve dans des organisations telles que les banques, les fonds de pension, les gestionnaires d’actifs et les compagnies d’assurance.

 

Atouts et challenges de la gestion de l’actif et du passif:

La mise en œuvre de cadres ALM peut présenter des avantages pour de nombreuses organisations, car il est important pour les organisations de bien comprendre leurs actifs et leurs passifs en les gérant de manière stratégique pour mieux se préparer aux incertitudes futures, tout reconnaissant et quantifiant les risques présents sur son bilan et les réduisant

En même temps, En raison des immenses différences entre les différentes organisations, il n’existe pas de cadre général pouvant s’appliquer à toutes les organisations, …

Par conséquent, les entreprises devraient concevoir un cadre ALM unique pour capturer des objectifs spécifiques, des niveaux de risque et des contraintes réglementaires.

En effet, l’ALM est une stratégie à long terme qui implique des projections et des ensembles de données prospectifs. L’information peut ne pas être facilement accessible à toutes les organisations, et même si elle est disponible, elle doit être transformée en mesures mathématiques quantifiables.

L’ALM est un processus coordonné qui supervise l’ensemble du bilan d’une organisation. Cela implique une coordination entre de nombreux départements différents, ce qui peut être difficile et prendre du temps.

 

Cas de figure d’atténuation des risques ALM:

Bien que les cadres ALM diffèrent considérablement d’une organisation à l’autre, ils impliquent généralement l’atténuation d’un large éventail de risques :

          *Risque de taux d’intérêt

Le risque de taux d’intérêt fait référence aux risques associés aux variations des taux d’intérêt et à la façon dont les variations des taux d’intérêt affectent les flux de trésorerie futurs. Les institutions financières détiennent généralement des actifs et des passifs qui sont touchés par l’évolution des taux d’intérêt.

Deux des exemples les plus courants sont les dépôts (actifs) et les prêts (passifs). Comme les deux sont touchés par les taux d’intérêt, un environnement où les taux changent peut entraîner une inadéquation des actifs et des passifs.

          *Risque de liquidité

Le risque de liquidité fait référence aux risques associés à la capacité d’une institution financière à faciliter ses obligations de trésorerie présentes et futures, également appelées liquidités. Lorsque l’institution financière n’est pas en mesure de respecter ses obligations en raison d’un manque de liquidités, le risque est que cela nuise à sa situation financière.

Pour atténuer le risque de liquidité, les organisations peuvent mettre en œuvre des procédures ALM pour augmenter la liquidité afin de remplir les obligations de trésorerie résultant de leurs passifs.

           *Autres types de risques

Un exemple est le risque de change associé aux variations des taux de change. Lorsque les actifs et les passifs sont détenus dans des devises différentes, une variation des taux de change peut entraîner une asymétrie.

Un autre exemple est le risque du marché des capitaux, qui sont des risques associés à l’évolution des prix des actions. Ces risques sont souvent atténués par des contrats à terme, des options ou des produits dérivés.

 

Que propose le Groupe Vneuron pour la gestion actif-passif ?

Spark ALM est une solution logicielle modulaire qui  peut s’interfacer facilement avec les Systèmes d’Information existants.

C’est un framework qui couvre l’ensemble des exigences de la Gestion actif-passif (ALM), et qui intègre l’ensemble des modules à savoir; la Gestion de Portefeuille, la Gestion des risques, le Stress Test, Alerte et Conformité, Analyse des Gaps et l’Appétence aux risques.

Vous êtes dans le secteur bancaire ou dans les Assurances? Vous êtes du métier de la Finance ou du Risque? N’hésitez-pas à demander une démonstration auprès de l’un de nos experts ALM, en visitant notre site https://opex.vneuron.com/spark-alm/